«

»

L. fin d’aventure

Au moment ou nos lèvres se joignent je perds pied. Ce n’est pas du tout ce que j’avais prévu, voyons, aurais-je mis ce rouge si rouge si j’avais prévu de me faire embrasser ?

Allons, je sais qu’il ne faut pas ! La dernière chose à faire c’est d’embrasser un pote putain ! Je sais qu’il ne faut pas, un pote qui en plus est en train de se faire quitter par sa gonzesse. Bienvenue aux emmerdes, entrez la porte est grande ouverte pendant que je suis en train de me faire embrasser.

Je sais, c’est mal, j’en ai trop envie, nos lèvres se sont touchées et j’ai oublié le bien, le mal, les gens tout autour. J’ai oublié mes gosses, mon mec, ce que j’étais venue faire ici. Il n’y a plus que mes lèvres, les siennes et une boule de désir qui irradie dans ma culotte. Je sais c’est mal de resserrer notre étreinte. Je sais c’est mal d’avoir envie de ne plus faire que s’embrasser pour le reste de la nuit.

ruelle sombre en noir et blanc

« Viens par là » Putain, je sais que ça va être pire que mal. Merde, il m’entraîne dans la ruelle loin des regards curieux de tous les clients du bistrot ou nous étions deux minutes auparavant. Il ne faut pas, j’en crève d’envie, mes mains fouillent sa ceinture, les boutons de son jean. L. soulève ma robe, je porte des collants noirs et fins il n’essaie même pas de les enlever, des deux mains L. les arrache, bordel c’est irréel … et voilà qu’il vire ma culotte.

L. me colle au mur, plaque une main sous ma fesse et lève ma jambe bien haut, il sait que j’en crève d’envie, il m’embrasse encore et s’enfonce en moi, plusieurs fois rudement, ça m’électrise ce sexe animal. Oublier le bien et le mal c’est une chose, oublier l’environnement qui nous entoure, la notion du temps c’est autre chose. Nos sexes glissent l’un dans l’autre, mon bassin va au rythme de ses coups, je suis trop excitée, j’en veux encore, il ne me laisse aucun répit, je sais que je vais venir en trois minutes.

Je rouvre les yeux pour jouir, j’aime jouir les yeux ouverts, érotique puissance mille. C’est les yeux dans les siens que je bascule, que je frissonne, j’ai pas envie de m’arrêter, mon bassin continue d’onduler au rythme de ses coups qui n’ont pas faibli, je vois ses yeux s’embuer, il me regarde et jouit à son tour dans un râle. Nos lèvres se joignent follement pour la dernière fois.

J’ai des lambeaux de collants sur les jambes et ma culotte traîne par terre dans la ruelle. Je sais que mon histoire avec L. se termine à ce moment, notre relation délicieusement érotique a dérapé au glauque, nous nous étions promis de ne pas nous toucher, never …

Un instant après m’avoir quitté, L. m’enverra un sms « merci pour … » puis plus rien, jamais.

Avant de rentrer chez moi, j’ai balancé mes collants dans la première poubelle, heureusement que le supermarché ferme à 22h.


This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  Simone de Beau-Voir, toujours inspirée, un peu fétichiste, aime les histoires d'amour qui finissent mâle


2 Commentaires

  1. Jacomo Bartoloméo

    Juste Superbe…
    Puissant….Fantasme ou vécu….impossible de trancher….
    J’en redemande…;)

    Baisers
    Jacomo

    1. Simone de Beau-Voir

      Merci Jacomo, bienvenue chez les culottées <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

76f0b21400
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
2231ac50c4
160
10
Accepter
Refuser
https://twitter.com/ChrCulottees
1

// SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS //

Ce service est interdit aux mineurs de moins de 18 ans et est strictement réservé à un public adulte averti. Il contient des récits érotiques.

Cliquez sur ACCEPTER pour entrer !


This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  Simone de Beau-Voir, toujours inspirée, un peu fétichiste, aime les histoires d'amour qui finissent mâle


Accepter Refuser