«

»

Crique et plaisirs solitaires

Enfin seule dans cette petite crique au bord de l’eau, un petit endroit accessible aux seuls connaisseurs. J’ai bien vu sur le chemin que j’étais seule. En arrivant, le sable était immaculé, aucune trace de passage… Ce bout de plage est superbe ! A l’écart des touristes, le sable blanc, ces rochers que j’ai dû escalader qui forment une barrière naturelle entre ma crique secrète et le chemin, la mer si bleue et si calme… Je m’y sens comme chez moi, dans mon petit coin de paradis. Et ce soleil qui tape déjà sur ma peau…

Crique et plaisirs solitaires

J’étale d’abord ma serviette puis je retire mes vêtements. Cette petite robe en voile que j’adore porter l’été (surtout parce qu’elle moule mes seins) est légère mais je ne rêve que d’une chose, l’ôter au plus vite et profiter de la chaleur du soleil. C’est l’une des raisons principales pour laquelle j’aime tant l’été : sentir le soleil caresser ma peau…

Je dégrafe mon soutien-gorge et libère ma poitrine. Immédiatement mes seins se mettent à pointer. Le petit vent frais fait son effet.

Je jette un dernier coup d’œil autour de moi pour m’assurer d’être bien seule et je fais glisser ma culotte de long de mes cuisses. Cette sensation de totale liberté teintée d’interdit, c’est excitant…

Nue mais protégée. J’attrape ma bouteille de monoï dans mon sac et laisse couler l’huile chaude au creux de ma main. Son odeur sucrée m’enivre. Je commence par mes pieds, si délicats et si sensibles. Toujours vernis de rouge. Prêts à toutes les folies…

Je m’enduis rapidement le reste du corps, prise d’une envie irrépressible de m’allonger et de profiter de cette chaleur. Je m’attarde tout de même sur mes seins. Je dois avouer que je les caresse plus que je m’étale l’huile mais c’est tellement bon. La chaleur du soleil, le contact de mes mains, ils durcissent si vite…

Je m’allonge et replie une jambe. Je sens et ressens cette chaleur sur tout mon corps. C’est comme si elle me pénétrait pour me réchauffer de l’intérieur.
Cette douce caresse de soleil sur ma chatte parfaitement épilée, aussitôt refroidie par cette légère et fraîche brise. J’aime cette alternance entre le chaud et le froid. Je sens déjà l’humidité entre mes cuisses. Je n’avais prévu qu’une séance de bronzage mais… après tout… pourquoi pas ?

Je suis seule, nue et excitée ! Je fouille rapidement au fond de mon sac. Aucun sextoys ! En même temps, dans mon sac de plage…

J’aime entendre le bruit des vagues mais je décide de prendre mon mp3, de mettre Fellin’Love de Paula Cole à un volume absolument indécent dans mon casque. Je suis seule au monde. Je veux être seule avec moi. Moi et le soleil ! Et mes doigts…

J’effleure mes seins du bout de mes doigts, les caressant très délicatement. Ils réagissent aussitôt. Je les sens grossir et pointer vers le ciel, comme s’ils cherchaient à s’approcher encore plus de ce soleil qui me fait tant d’effet. J’ai toujours aimé qu’on me caresse les seins, qu’on les malaxe, qu’on suce et pince délicatement mes tétons. Ils sont tellement réactifs. Le contact de mes mains suffit à les faire bander !

De l’autre main, je descends rapidement le long de mon ventre. Pas de temps à perdre ! Je suis si excitée, j’en envie de jouir, j’ai besoin de jouir. J’écarte mes lèvres et je frôle mon clitoris du bout du doigt. J’appuie doucement dessus, il est déjà gonflé par l’excitation. Certaines femmes ont besoin de s’imaginer avec un homme, moi non, mes doigts sont largement assez agiles pour me combler ! Mon Dieu, je crois que je vais jouir avant même d’avoir commencé…

J’abandonne momentanément mes seins et je glisse un doigt dans ma chatte, puis rapidement un deuxième, je suis si trempée. De l’autre main, je dessine des cercles sur mon clito, lentement mais fermement. Les cercles deviennent un va-et-vient plus pressant, ma respiration est plus saccadée. Mes assauts se font de plus en plus rapides. Cette chaleur qui me rend folle… mes doigts qui glissent au plus profond de moi… J’ai chaud… je me cambre… j’halète. Mon ventre se tend… Des spasmes s’emparent de mon corps, mes jambes se crispent, j’ai du mal à les contrôler. Je suis seule, et je jouis en poussant des petits cris étouffés.

La musique est toujours sur mes oreilles, je reprends mon souffle petit à petit. La chaleur du soleil m’enrobe comme une douce couverture réconfortante.
Apaisée, j’ouvre les yeux. Oh mon Dieu ! Je vois une ombre s’éloigner… Je ne distingue pas si c’est un homme ou une femme. Je baisse les yeux. Sur ma serviette, un numéro de téléphone griffonné sur un bout de papier… sans un mot…

 

Valentine


This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box.


2 Commentaires

  1. jeanparapluie

    C’est un bon début ! Alléchant et assez bien écrit !

    1. Valentine

      Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

76f0b21400
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
2231ac50c4
160
10
Accepter
Refuser
https://twitter.com/ChrCulottees
1

// SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS //

Ce service est interdit aux mineurs de moins de 18 ans et est strictement réservé à un public adulte averti. Il contient des récits érotiques.

Cliquez sur ACCEPTER pour entrer !


This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box.


Accepter Refuser