«

»

Soumise

soumise

Cette soirée là, je la voyais plutôt tranquille. Une série sur mon PC, des vêtements décontractés et une forte envie de ne penser à rien, de me détendre. J’ai multiplié les voyages dernièrement, et tous ont été autant épuisants qu’enrichissants. J’avais bien mérité une petite soirée de repos tranquille, quelques instants cocooning en compagnie de ma série du moment!

Lorsque le téléphone à sonné, j’ai pensé ne pas décrocher, laisser mon interlocuteur atterrir sur mon répondeur, entendre ma voix synthétisée l’inviter à laisser un message. Mais au bout de deux sonneries, l’appel prend déjà fin. Le signal, c’est le signal! Mon ventre se contracte d’un coup en imaginant que ma petite soirée ne va pas tout à fait se dérouler comme je l’espérais. Fébrile, j’attends l’arrivée du SMS annonciateur du nouveau programme.

C’est lui, il ne me parle jamais par téléphone… Je viens de passer d’une soirée détente à un incendie incontrôlable dans mon ventre… Je ne résiste pas au désir de glisser ma main dans mon pantalon fluide que je porte sans rien dessous… mon sexe est déjà grand ouvert. J’y enfonce mes doigts, ils glissent sans résistance, excitée par la décharge émotionnelle induite par la sonnerie de l’arrivée d’un SMS… Du SMS… Son SMS…

J’agrippe mon téléphone mais n’ose le consulter. Mes doigts dans mon ventre, je fantasme encore un peu sur le contenu. Des idées de liens, d’entraves, de baillons me viennent à l’esprit… Je mouille tellement que ça se voit à travers mon pantalon… Un deuxième SMS. Il ne supporte pas que je prenne mon temps pour lui répondre. J’aime le frustrer et je sais que la punition sera sévère. Une nouvelle contraction. Le mot punition me fait frémir et m’ouvrir d’avantage… tous mes doigts sont en moi. Je suis prête…

Mon corps n’a aucun secret pour lui. Dès notre première rencontre, au hasard d’une soirée entre amis, sur la banquette arrière de sa sportive allemande, j’ai senti au plus profond de moi des choses que je n’avais jamais expérimenté avant… C’est pourquoi, quand il m’appelle, au hasard de ses désirs, je ne peux résister à ce feu qui me consume le ventre… Entre ses mains j’ai appris à son objet, sa chose. Il sait me faire repousser mes limites. Il a de la magie au bout des doigts… Et sa langue… Oh sa langue!

Alors, au gré de nos rencontres, je me suis offerte. J’ai essayé de garder le contrôle, mais il sait que je suis à lui. Quand ses assauts se font plus violents, plus fermes, j’essaie de résister sous l’exquise douleur,  mais ça le rend plus dur encore, alors voilà qu’il m’attache et me soumet encore au-delà… Et ça m’excite… Et il le sent, il sent tout de moi… Je ne sais pas comment il fait, mais il a créé en moi une envie irrépressible d’aller plus loin, de flirter avec l’indécence la plus exaltante, de m’oublier au profit de son désir le plus vil…

Nous avons une sorte d’accord  qui précise que je ne lui demanderai rien. Je ne veux pas savoir quel sera la prochaine frontière qu’il me fera transgresser. Je me suis découvert un vice délicieusement déviant, celui d’espérer qu’il m’emporte au-delà de ce que le commun des mortels  considère comme acceptable et lui donner le plaisir de me faire devenir docile… J’aime ce rapport de force, j’aime cette sensation de ne plus rien maitriser.

Une simple adresse dans le SMS. Un quartier de Paris que je ne connais pas, un numéro de chambre. C’est un hôtel, j’aime ça, c’est une jolie surprise. « viens comme tu es, je te préparerai sur place, mais maquille toi comme une Star de cinéma… » Il va m’attacher je pense, peut-être du latex ou du cuir. Je ne saurais lui désobéir, alors avec le sourire aux lèvres, je file donc à la douche, et me maquille en finissant par un rouge à lèvres hollywoodien. Je remets mon pantalon sinistré, une paire de baskets et je file sous mon parapluie.

L’hôtel est très moderne, très élégant. Je suis visiblement attendue… Un charmant réceptionniste me tend une clef avec un message. Je me dirige vers l’ascenseur en passant devant le bar ultra design aux lumières tamisées. Le pantalon tâché ne passe pas inaperçu ici mais pas le temps de me poser des questions. Mon entre jambes me rappelle à l’ordre, mon ventre à besoin de se sentir envahi… je m’enfonce dans l’ascenseur en même temps que j’ouvre l’enveloppe.

Direction la suite 007… D’où le maquillage de star de cinéma ! Il n’est pas qu’un amant irremplaçable, il est aussi plein d’humour. Je trouve comme indiqué le masque en satin noir accroché à la porte. Je l’enfile en prenant soin de ne pas abimer mon maquillage et à présent aveugle, j’entends la porte s’ouvrir au même instant. J’étais observée…

Une main puissante m’attrape par le centre de mon soutien-gorge et m’attire à l’intérieur. Il fait sombre, des bougies sont allumées, une lumière violette est perceptible à travers mon masque. Je me risque à dire bonjour mais avant même qu’un mot ne sorte de mes lèvres, la boule d’un bâillon entre dans ma bouche. Je suis surprise et fais un pas en arrière. Aussitôt d’un geste ferme, mon pantalon, humide de mon plaisir incontrôlable, vient de me tomber sur les chevilles, empêchant toute tentative de fuite… Mon sexe offert est maintenant à la merci de ses doigts, de sa main. Mais il ne me touche pas, ce qui fait monter le désir d’un cran.

Je le sens me contourner. Je suis brulante et je n’ai pas envie de résister ce soir. Le courant d’air de son déplacement vient de caresser mon dos, , si je pouvais parler je lui demanderai de me prendre, là, maintenant, contre un mur. Mais mon bâillon m’empêche de parler. Alors je me cambre, je lui tends mes fesses en espérant sentir son membre s’enfoncer en moi…. Ses deux mains me prennent par les épaules et me poussent vers une destination inconnue. En quelques gestes  mes baskets et mon pantalon ont disparu, suivis de mon haut et de mon soutien gorge.

Je suis nue, je suis prête à me faire prendre, je supplie par des gémissements qu’il me jette sur un lit ou contre un mur. Ses mains saisissent les miennes et les accrochent en hauteur. Je mouille à flot alors que je suis là, jambes écartées, bras ligotés au-dessus de ma tête.  Mes sens sont en alerte, je le sens loin de moi, il saisit quelques chose. Un fouet peut être? Oh non, un martinet plutôt! Mon sexe me fait mal sous les crispations de mon ventre. Le désir me tiraille… Fouette moi le sexe, fais ce que tu veux de ma chatte, mais fais quelque chose, le désir va me tuer! J’ai l’impression d’être à deux doigts de me vider de cette cyprine qui n’en finit plus de couler le long de ma cuisse… Fouette-moi, soumet-moi… Mais pitié, occupe toi de mon sexe…

Une main remonte sur ma cuisse, un doigt essuie une goutte de mon plaisir… je l’imagine le porter à sa bouche. Il aime mon goût et moi, ça m’excite. La main revient, passe entre mes fesses. J’espère sentir un doigt s’introduire dans mon anus gourmand, mais il remonte sur mon dos pour écarter mes cheveux que j’ai coiffés en nattes dans l’ascenseur selon les indications trouvées sur son mot… Que fait-il ? J’ai l’impression de n’être plus que lave au fond de mon ventre, mon sexe est un volcan alors qu’il accroche autour de mon cou un large collier… Je ne sais plus ce qu’il fait alors qu’il est à présent à mes pieds pour m’enfiler des chaussures hautement perchées. Je ne peux qu’imaginer la vision qu’il a de moi à ce moment. Je me sens sexy, désirable, à sa merci…

Il me décroche enfin mais me laisse les menottes. C’est une délivrance et pourtant je suis frustrée. Le temps de me le dire, il m’a déjà jetée sur le lit. Je remarque qu’il est assez haut, et je m’imagine déjà allongée sur un coin du matelas confortable, jambes écartées dans le vide, sexe offert à sa verge puissante, ma poitrine écrasée sous le poids de nos corps. Mon esprit est troublé de vouloir imaginer la suite, ma tête tourne je n’ai qu’une seule envie, me faire prendre! Je commence à lâcher prise. Alors que je suis allongée sur ce qui semble être le milieu du lit, les mains de nouveau entravées par des liens fermes attachés à mes bracelets, ses doigts experts me pincent fermement les tétons , ce qui me crispe au plus profond de moi-même, déclenchant une cascade de sensations qui, quand il le décidera, me mèneront à l’orgasme.

Il me fait mal, j’adore cette sensation. Mais je n’arrive pas à identifier précisément cette douleur. Ce ne sont pas ses doigts, ce ne sont pas ses dents, ce sont des pinces! Je suis à deux doigts de jouir! La chaine qui relie les pinces semble passer par un anneau fixé à mon large collier. A chaque fois que je bouge la tête vers le haut, les pinces tentent d’arracher mes tétons qui ne sont plus que douleurs exaltantes! Je sens que je vais me vider sur les draps. Mon ventre se charge de quelque chose que je ne contrôle plus.  Mon bassin se soulève pour l’appeler à s’introduire en moi, j’ai faim de son membre !

La douleur et le plaisir mêlés m’empêchent à présent de réfléchir. J’entends des choses mais mon esprit ne les analyse plus. Avec surprise je sens quelque chose me caresser le corps. Quelque chose que j’ai fantasmé un peu plus tôt. C’est un martinet! Cette fois c’est sur! Il descend vers mon entre-jambe offert. » Oui fouette-moi, Corrige ce sexe impudique! ».  Mon corps se soulève comme sous l’impulsion d’une décharge électrique. Il vient d’abattre les lanières de cuir entre mes jambes! Ce n’est plus une caresse mais une décharge de douleur qui augmente mon plaisir poussé à son paroxysme! J’ai l’impression que ma vulve double de volume. Je ne sais plus ce que je ressens. Je me perds, j’hallucine, je m’abandonne… « Prend moi ! Viens éteindre ce feu qui embrase mon vagin ».

Les coups de fouet ont cessé. Une sensation de froid vient me soulager. Du gel?  Avant même que la douleur des coups de lanières ne se dissipe, alors que mon cerveau ne veux plus rien que du plaisir, je sens ses doigts entrer en moi, se frayer un chemin vers là où il sait. Il est chez lui dans mon ventre, mon sexe n’a aucun secret pour lui… Je vais jouir! je le sens grossir en moi cet orgasme, il me coupe le souffle alors que sa main vient de me pénétrer entièrement! Je me cabre, la tête en arrière, mon collier tire sur mes pinces qui torturent mes seins, c’est tellement bon !

Une lumière intense m’aveugle. Je viens de passer du noir à la lumière. Je me sens défaillir! Sa silhouette se dresse devant moi, il est beau, il est en smoking. Mes yeux ne peuvent se détacher de lui alors qu’il se déshabille. Son corps! Je suis soulagée de pouvoir lui parler avec les yeux à défaut de pouvoir le faire avec ma bouche… Ma bouche remplie de cette boule que je voudrai être son sexe… Son pantalon s’ouvre, son sexe turgescent  apparait. Je ne suis plus que désir, il peut à présent tout me faire. Il me contraint. Son corps nu se tend, se bande, mon regard est hypnotisé par son sexe dressé… Sa main se glisse de nouveau dans mon sexe, un de ces doigts pénètre mon anus. Il sait ce que j’aime! Mes yeux sont happés par la vison de ce membre que je désire, tandis qu’il se baisse pour enfouir sa tête entre mes cuisses. Alors qu’il lèche mon sexe liquéfié de plaisir, je m’enflamme en un instant! Attachée sur mon lit, jambes ouvertes et sexe offert, je sens monter en moi un orgasme incroyable!

Ce qu’il sait me faire du bien lui, en prenant mon clito entre ses dents… Je sens que je vais exploser! Je ne sais plus si je vais jouir ou uriner sur le visage de cet homme déterminé à me faire m’abandonner tant mon corps est hors de contrôle… Je surchauffe! Mon corps se tortille, sa langue court habillement entre mes lèvres sensibles de plaisir et de coups de fouet,  descendant de temps à autre sur mon anus… J’ai envie qu’il me sodomise! Je n’en peux plus de désir! Je suis en train d’exploser en expulsant mon plaisir!  Je suis liquide, Je suis en feu, j’ai besoin de sa queue! je deviens folle, je voudrai crier mais ne peut pas!

C’est le moment où il enfonce brutalement son sexe énorme dans mon vagin meurtri! Je souffle, je bave autour de mon bâillon! Mes yeux se révulsent, tout devient trouble. Mon vagin n’est plus qu’un fourreau lubrifié pour sa domination perverse. Il le sait. Je pense défaillir alors qu’il me défonce avec cette fougue que j’aime tant, mon espoir est comblé quand il empale mon corps de son membre à travers mon anus! Je vais jouir encore, salir les draps, lui souiller le corps! « Enlève-moi ce bâillon et jouis dans ma bouche, je veux boire à ton sexe, me nourrir de ton plaisir! ».

Mais il me lime encore et encore. Chaque coup de reins me fait souffrir au niveau des pinces à tétons coincées entre mon corps et les draps. J’aime tellement cette sensation! Je ne contrôle plus rien! Je jouis! J’éjacule! J’inonde la chambre Tandis que lui se retire. Il fait le tour du lit, je vais pouvoir le manger. Je suis épuisée… Lui est là, debout devant moi, son sexe humide de mon plaisir dressé. Il se branle, il saisit mes cheveux mais ne m’enlève pas ma boule. « Je veux te boire! ». Il éjacule enfin sur mon visage. Son sperme me coule sur les lèvres alors qu’il me lâche. Je suis vidée, je ne peux plus bouger. Je sens qu’il me détache les jambes.

Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé depuis qu’il m’a laissée seule et souillée dans cette magnifique suite d’hôtel. Il a laissé une bouteille de Champagne à mon attention. Je sentirai des jours entiers les séquelles des sévices délicieux qu’il m’a infligés ce soir. Et les soirs suivants, tous sans exception, je regarderai mon téléphone, en espérant désespérément qu’il sonne deux fois…


This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

76f0b21400
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
2231ac50c4
160
10
Accepter
Refuser
https://twitter.com/ChrCulottees
1

// SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS //

Ce service est interdit aux mineurs de moins de 18 ans et est strictement réservé à un public adulte averti. Il contient des récits érotiques.

Cliquez sur ACCEPTER pour entrer !


This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box.


Accepter Refuser